A la montagne

Escapades

En pleine saison des mariages, je suis parvenue à m’échapper quelques jours à la montagne pour prendre une bonne bouffée d’air frais, et revenir en forme pour finir la saison (qui a commencé en février et qui se termine en novembre… 2019 a été incroyable).

4 jours donc. Petite, toute petite escapade aoutienne à Luchon. Visite du jardin de la poterie Hillen (et de son salon de thé inoubliable!), balades en montagne, thermes et balnéo, rafting… C’est qu’on peut en faire des choses en quatre jours! Résumé en images.

Publicités

BERLIN (3ème Partie)

Escapades

Pour clôturer ce périple berlinois, je consacre cette 3ème partie au Jardin Botanique de Berlin. Cet immense jardin est un peu excentré, mais facilement accessible par le métro. On y trouve une grande diversité de plantes, et de magnifiques serres. En avril, l’extérieur était loin d’être à son apogée, les végétaux se réveillaient lentement d’un hiver assez froid. Mais la promenade était tout de même apaisante, d’autant plus que le soleil nous accompagnait, comme chaque jour, et que les magnolias éclataient pour nous offrir leur plus bel habit. Les serres – quant à elles – sont nombreuses, vastes et luxuriantes. Un enchantement.

BERLIN (2ème partie)

Escapades

Suite du périple berlinois!

JOUR 4

Cette journée fut la plus riche. Le matin, nous sommes allées voir les plus célèbres vestiges du mur de Berlin, la »East Side Gallery ». Des artistes du monde entier y ont peint ou graffé  des messages de paix et de liberté. Sur 1,3 km, une centaines d’œuvres sont exposées en plein air. Je n’ai pas retenu les noms de tous les artistes, mais en voici quelques uns :

  • « Le Baiser de l’Amitié » – Dimitri Vrubel
  • « Ça s’est passé en novembre » – Kani Alavi
  • Les bonhommes colorés de Thierry Noir (j’ai pas trouvé le titre de l’oeuvre)

Nous avons encore une fois bien flâné dans les rues, et sommes passées côté Ouest. Les graffs envahissaient les murs, une manière de marquer le territoire (et les esprits).

Le midi, nous avons mangé coréen au Cocolo Ramen, un restaurant situé tout près du canal. La spécialité, c’est sans surprise les ramen; c’était très copieux, pas cher et très bon. On peut manger à l’extérieur sur une terrasse en bois, entourés d’érables du japon. C’était blindé, il faisait super beau, c’était très sympa.

L’après midi, nous avions réservé une visite guidée en français sur le thème « Berlin Insolite », sur le site Good Morning Berlin. C’était génialissime. Une visite guidée en tout petit groupe, qui nous a fait voir des endroits dans lesquels on aurait jamais eu l’idée de rentrer autrement. Je n’ai pas envie de dévoiler tous les secrets de cette visite si percutante, pour laisser à ceux qui projettent de la faire toute la magie de la découverte. Pour vous en dire le moins possible, mais un peu quand même, nous sommes rentrés dans des endroits vivants, faits de bric et de broc en plein coeur de Berlin. Des endroits dans lesquels le lien social est la priorité absolue, les initiatives toutes plus belles les unes que les autres, de l’insolite à gogo, du beau fait avec des déchets de rue, des histoires PASSIONNANTES… Et une visite qui s’est terminée dans un gigantesque et magnifique hôpital abandonné (non photographié par respect pour ses occupants). Notre séjour n’aurait pas été le même sans cet après midi là. J’insiste sur la qualité de cette visite. A vivre absolument.

Comme cette ville est étonnante et pleine de surprises…

Et puis, en fin de journée, direction Prinzessinnengarten, un jardin alternatif et associatif dans lequel on peut boire un verre, manger, jouer au babyfoot, prendre des livres, jouer au rami (poke Cécile), et surtout, un jardin en pleine ville dans lequel on fait pousser toutes sortes de plantes comestibles dans des bacs en plastique. Berlin, c’est la ville de demain qui a une sacrée longueur d’avance. Les mentalités sont tournées vers l’écologie, le bien-manger, la récup, le lien social qui rassemble, le partage, bref, toutes ces valeurs qui me parlent, tout ce qui devrait finalement être logique dans ces pays développés où la monarchie absolue est abolie, mais où la sur-consommation reste reine.

 

JOUR 5

On pensait avoir vu tout ce qu’il y a de plus insolite à Berlin… C’était sans compter cette visite du 5ème jour. Une idée DINGUE. Mais avant toute chose, nous sommes allées boire un café dans un endroit très joli qui n’était pas prévu dans notre liste de cafés supra cools, mais on peut l’y ajouter sans hésitation. Il s’appelle Selig Berlin, il se trouve sur une jolie place sur laquelle il y avait un marché de petits producteurs.

Et voila que nous approchons de la piste d’atterrissage… Non non non, ne vous y trompez pas, nous ne quittons pas encore Berlin!

Tempelhof est un ancien aéroport reconverti en immense parc public depuis 2010. Cet aéroport est chargé d’histoire, puisqu’il permettait aux avions britanniques et américains de ravitailler Berlin Ouest lors de la guerre froide, malgré le blocus.

En 2014, le gouvernement de Berlin souhaite utiliser cet espace pour y construire des logements et des commerces. Les berlinois rejettent ce projet par référendum, et Tempelhof deviendra plus qu’un simple parc. En effet, des jardins partagés sont installés au bord des pistes, et une fois de plus, ils sont construits avec des déchets de rue, de la récup, des vieilles planches de bois. Lors de notre passage en avril, les potagers n’étaient pas encore plantés, mais le lieu était réellement évocateur. La nature qui jaillit de partout, c’est vraiment un leitmotiv pour les berlinois, une bien joyeuse obsession.

Nous pique-niquons sur la piste, il fait beau et ça grouille de gens heureux. Véliplanchiste. Skate. Roller. Vélo. Course à pied. Familles, sportifs, pique nique entre amis. Tempelhof rassemble.

Nous voulions aller boire un café au Roamers, mais c’était tout petit et blindé (mais joli, alors j’ai pris des photos). Les plats qu’ils servaient avaient l’air très très bons…

Heureusement, nous avions d’autres adresses en réserve, et nous avons filé au Two and Two, à deux rues de là. C’est un café tenu par des français, avec de bonnes pâtisseries et une playlist SO frenchy. La déco est trop belle pour qui aime le vintage (nous on aime fort le vintage).

Flânerie. Une belle librairie, on rentre. Un joli fleuriste, on rentre. Un mystérieux bar vintage fermé, on observe…

A la fin de la journée, nous voulions aller au Klunkerkranich, c’est un bar rooftop au cœur de Berlin, un endroit un peu magique au dernier étage d’une grande galerie commerciale. C’est très agréable d’y rejoindre des amis pour boire un verre, tout en regardant le soleil se coucher sur les toits de Berlin. Mais la queue nous a dissuadées… Tant mieux, puisqu’au même moment, les amis de Cécile nous ont appelées pour nous convier à un apéro rooftop chez un de leurs amis… Quelle chance nous avions là! Nous avons donc passé la soirée sur les toits de Berlin, dans une bien belle ambiance, entourées de français expatriés qui nous ont raconté leur petit bout de vie à Berlin. Soleil couchant. Belle vie. J’ai pas de photo.

 

JOUR 6

C’est le dernier jour! C’est passé si vite… Nous le commençons par un brunch au Beakers, nous avons aimé ce quartier calme et paisible au petit matin, le soleil qui perce les vitres de la salle de restaurant, aménagé en salon convivial, mais nous avons été déçues par la nourriture, qui manquait de saveur et qui était un peu lourde.

Nous sommes dimanche à Berlin. C’est le jour des vide-greniers…! Après ce ravitaillement nécessaire, nous nous sommes dirigées vers Mauerpark, brocante très connue et vraiment incontournable. Beaucoup de monde, beaucoup de belles choses, beaucoup de bruit, beaucoup d’odeurs qui se mélangent, des vêtements, des objets anciens, je veux tout acheter mais je repars sagement avec une seule veste vintage (à fleurs). Mon seul achat du voyage, un beau souvenir chiné. Vive la récup’ 🙂

Autre ambiance un peu plus loin, un vide grenier beaucoup plus authentique, des stands tenus par des particuliers, très peu de brocanteurs, beaucoup moins de monde. Une place de quartier. Une ambiance familiale. De belles choses ici aussi.

Non loin de là se trouvent les Flak Towers. Autre ambiance donc, puisque ces tours de type blockhaus étaient utilisées par la Flak (artillerie aérienne allemande) pour se défendre contre les raids aériens durant la Seconde Guerre mondiale. Ces tours ont également servi d’abri anti-aérien pour des dizaines de milliers de personnes, et pour coordonner la défense anti-aérienne. Aujourd’hui, elles sont entourées de jardins très arborés. Cet endroit est devenu un parc imprégné de son histoire.

L’après midi, nous avons eu envie d’aller au bord de l’eau. Nous avons rejoint une embouchure de la Spree (le fleuve qui traverse la ville), entre les quartiers de Alt-Treptow et Wrangelkiez. C’est ici que se trouve le Club Der Visionaere, un bar au bord de la rivière, avec musique électro et fête le dimanche aprèm. Il y a d’autres bars et restos très sympas en plus de celui là (nous nous sommes installées au Freischwimmer, il me semble). C’est un endroit vraiment très agréable, ou les installations sont faites de récup autant que possible (une fois de plus), et les plats sont très soignés et toujours très frais. C’est un refrain qui revient souvent, je sais, mais c’est tant mieux, non? Et en plus, c’est jamais très cher alors qu’on est en pleine capitale.

Notre séjour s’achève sur cette note « nature ». Nous sommes retournées au Chén Chè pour notre dernier resto, celui qui fut le premier du séjour, et que nous avions tant apprécié.

Pour résumer, ce que je retiens du Berlin actuel c’est :

  • de l’insolite partout,
  • la nature omniprésente, des parcs à tous les coins de rues, et la volonté des habitants de mettre des plantes absolument partout,
  • la liberté de se promener sans crainte dans les rues, les filles s’habillent comme elles veulent sans être reluquées,
  • cette manie de réutiliser les vieilles choses, de recycler, jamais jeter, ne pas sur-consommer,
  • ces lieux alternatifs géniaux qui rassemblent en créant du lien social, et en mettant en œuvre de belles idées écologiques.

J’espère que ce récit virtuel vous aura séduits. Envolez-vous pour Berlin, vous en reviendrez changés!

PS : Je n’oublie pas de vous poster dès que possible la 3ème partie, consacrée au merveilleux jardin botanique ❤

BERLIN (1ère Partie)

Escapades

Il y a quelques années, j’ai voulu visiter Paris parce que j’avais un a priori très négatif sur cette ville : Trop touristique, trop clichée, trop prétentieuse, bref, ça ne m’emballait pas du tout. Mais… comme j’ai eu raison d’y aller ! C’était merveilleux, le programme soigné et sélectif que j’avais préparé m’a fait découvrir une ville fantastique, bourrée d’endroits secrets super mignons et très éloignés des sentiers touristiques.

J’ai voulu tenter à nouveau l’expérience avec une deuxième ville pour laquelle j’avais de gros a priori négatifs : Berlin. J’avais l’impression que cette ville était grise et déprimante, et elle ne m’attirait pas du tout. Jusqu’à ce mois d’avril, où j’y suis partie avec ma super copine Cécile. Et j’ai définitivement changé d’avis. Il y a tellement de choses géniales, que je vais faire un article en deux parties.

Cécile et moi, on s’était préparé un planning de folie. Une semaine sur place, et pas le temps de tout faire… L’idée une fois de plus était de fuir les sentiers touristiques, pour vivre comme des berlinoises.

Nous avions prévu un sacré budget « Restos / cafés », car, même si l’on peut manger pour pas très cher, nous les avons enchainés. Il faut dire qu’ils sont tous plus beaux et appétissants les uns que les autres. Alors nous les avons totalement intégrés à notre planning de visites… Et ils ont pris toute la place qu’il méritaient d’avoir.

J’espère que ce récit illustré vous donnera envie de vous envoler dès demain vers cette ville si surprenante. J’ai pris pas mal de photos avec mon téléphone, la qualité peut donc être altérée.

Infos diverses qui finiront de vous convaincre : Vol aller/retour avec Easy Jet, 50€ (pris 6 mois à l’avance). Logement en Airbnb pour 1 semaine, par personne : 110€, endroit très calme et bien situé, avec un chat qui nous rendait visite tous les matins. Pass illimité transports (métro/train/bus/tram – toutes zones jusqu’à l’aéroport) : 37€ la semaine.

Metéo de dingo : grand soleil et 25° pendant absolument tout le séjour (les berlinois nous ont dit qu’il neigeait 15 jours plus tôt). C’est parti!

 

JOUR 1

Nous sommes arrivées dans l’après midi. Notre 1ère visite a été le C/O, où nous avons pu voir une grande exposition de photographies du très célèbre photographe Irving Penn.

En sortant, nous avons flâné dans les rues.

Le soir, nous avons rejoint des amis de Cécile dans un BeerGarten, un endroit très berlinois ou l’on peut boire une bière dans un espace arboré, et super convivial. Celui là était idéalement situé au bord d’un lac, c’était beau, il faisait bon, ça posait les bases de notre séjour.

De là, nous sommes tous allés manger dans un resto vietnamien qui n’était pas prévu dans notre sélection, mais qui nous a conquises, Cécile et moi, dès l’entrée dans le patio. C’était le premier resto supracool d’une longue liste de restos supracools. Il s’appelle Chén Chè, c’est beau, copieux, et la bouffe est divine.

 

JOUR 2

Nous avons visité l’incroyable jardin botanique, l’un des trois plus grand du monde ! Des serres époustouflantes, une incroyable diversité d’espèces, et même si la saison n’était pas la plus propice pour l’épanouissement des végétaux, nous en avons pris plein les mirettes. A tel point que la deuxième partie de cet article berlinois sera totalement consacré à cette visite. Patience donc !

L’après midi, nous nous sommes arrêtées chez un céramiste : Kuhn Keramik. Une boutique aussi étonnante que les réalisations sont déjantées.

Ils ont l’air de faire régulièrement des déstockages et braderies, ce qui permet de repartir avec un petit souvenir sans se ruiner.

Il ne faut pas hésiter à sortir des grandes rues bruyantes pour se perdre dans de jolies ruelles et cours intérieures. C’est le chemin qu’on a emprunté pour rejoindre Hallesches Haus, une sorte de magasin général hipster plutôt cool, où l’on peut trouver toutes sortes d’objets du quotidien, ainsi qu’un joli café pour se détendre ou travailler au calme.

Le soir, nous sommes allées manger dans un autre resto vietnamien, juste à côté de celui de la veille : District Mot. Un resto à la déco extérieure qui nous propulse directement dans les rues de Saigon, et à l’intérieur, c’est totalement déjanté, sur-décoré, absolument kitchissime, absolument trop beau quoi 🙂 Des rouleaux de papier toilette en guise de serviettes de tables, des cocktails aussi colorés que le mobilier… Aussi beau et surprenant soit cet endroit, on a tout de même été déçues par les plats, fades, et les serveurs pressants ne sont pas franchement aimables. Mais ça reste un endroit incontournable, prisé des berlinois!

 

JOUR 3

Pour le plus grand plaisir de Cécile, nous avons pris le train jusqu’à Charlottenburg. Un grand parc, véritable poumon vert en ville ou la faune est reine, nous a happées le temps d’une promenade matinale, et nous a conduites jusqu’au palais, le plus grand de Berlin, construit au début du XVIII ème siècle. Il est précédé d’un grand jardin à la française. Un peu trop ordonné pour moi, tout ça, mais c’était chouette quand même.

Nous avons repris le métro car, devinez quoi, il était déjà l’heure de tester un nouveau resto!

Et c’est le moment de vous présenter notre coup de coeur absolu. Nous sommes toutes les deux fanas de déco, de plantes et de bonne bouffe fraîche et sans prétention. Voila, tout était réuni au House of Small Wonder, un lieu un peu hors du temps ou l’on s’est régalées à tout point de vue. Un brunch sooooo *miam* !

T’as pas envie de monter, toi?

Après cette jolie pause, nous avons visité quelques lieux touristiques incontournables, comme la porte de Brandebourg (Brandenburger Tor), qui est l’entrée de l’Ancien Berlin, symbole de la division de la ville pendant la guerre, puisque cette porte faisait partie intégrante du mur de Berlin. J’ai pas pris de photo parce qu’il y avait trop de touristes, qu’il faisait très chaud ce jour là, qu’on a marché longtemps en plein soleil et que j’étais sur le point de m’évanouir (la chaleur est mon pire ennemi). Heureusement, on a trouvé de l’ombre dans le grand parc de Tiergarten, où l’on a pris le temps de respirer faire la sieste, allongées sur l’herbe humide, et de jouer au Yams 🙂

Pour poursuivre notre visite historique, nous nous sommes rendues au mémorial de l’Holocauste, que l’on peut traverser de toutes parts, et qui fait bien froid au dos. Constituée de 2711 stèles de pierre grise, de tailles variables et dépourvues de toute inscription, cette oeuvre de Peter Einsenman est un véritable labyrinthe lugubre. Plus on entre dans le labyrinthe, plus les stèles nous dévorent par leur hauteur. Le sol n’est pas plat, ce qui renforce le malaise et l’oppression. J’ai personnellement été touchée par cette œuvre, que j’ai trouvée remarquablement parlante. Un labyrinthe qui n’est pas un espace de jeu pour enfants.

Retour à nos jours, avec ce qui va suivre. Un lieu extrêmement moderne qui contraste presque trop avec ce que l’on vient de voir. L’enchainement n’était pas très judicieux, mais la proximité presque immédiate… Nous voici à Potsdamer Platz. Difficile d’imaginer que cette place à l’architecture ultra moderne, grouillante de monde, et dans laquelle se loge notamment un grand cinéma et les bureaux du géant Sony, était un No Man’s Land coupé en deux par le mur de Berlin. Elle est encore plus impressionnante la nuit, lorsqu’elle revêt ses habits de lumière.

On a continué à se promener dans les rues, graffées, fleuries, propres, parfumées. On s’est arrêtées dans un photomaton vintage au procédé de tirage ancien (argentique), jusqu’à ce qu’on arrive au Shiso Burger. Ce fast food japonais est plutôt étonnant, puisqu’il propose des burgers revisités à la sauce japonaise. Les frites de patate douce étaient aussi un petit délice. Alors oui, Cécile et moi on adore manger asiatique, et à Berlin, on était vraiment au paradis.

 

Je vais finalement devoir faire trois parties pour cet article sur Berlin, tant il y a de choses à vous montrer. Je reviens donc très vite pour deux nouveaux chapitres!

70’s Vibes

Musiciens, Portraits

En janvier, j’ai photographié un groupe toulousain de musique pop : Tango Juliett. Outre les gars du groupe qui sont supra cools et leur musique que j’adooore, nous nous sommes rendus dans un studio d’enregistrement totalement dingue pour faire cette séance. Tellement vintage que je ne savais plus ou regarder. Cet esprit des années 70 absolument fabuleux. J’aurais pu y passer des jours, sans jamais m’épuiser tant il y avait de possibilités en terme de photographie. Vous remarquerez l’effort vestimentaire, au top. C’est parti !

Groupe : Tango Juliett * * * Ecoutez ici * * *

Lieu : Studio Condorcet, Toulouse.

Tango Juliett au Studio Condorcet (1)

Tango Juliett au Studio Condorcet (4)

Tango Juliett au Studio Condorcet (6)

Tango Juliett au Studio Condorcet (5)

Tango Juliett au Studio Condorcet (8)

Tango Juliett au Studio Condorcet (12)

Tango Juliett au Studio Condorcet (10)

Tango Juliett au Studio Condorcet (31)

Tango Juliett au Studio Condorcet (22)

Tango Juliett au Studio Condorcet (35)

Tango Juliett au Studio Condorcet (17)

Tango Juliett au Studio Condorcet (76)

Tango Juliett au Studio Condorcet (43)

Tango Juliett au Studio Condorcet (46)

Tango Juliett au Studio Condorcet (39)

Tango Juliett au Studio Condorcet (49)

Tango Juliett au Studio Condorcet (58)

Tango Juliett au Studio Condorcet (61)

Tango Juliett au Studio Condorcet (32)

Tango Juliett au Studio Condorcet (38)

Tango Juliett au Studio Condorcet (71)

Tango Juliett au Studio Condorcet (79)

Les Lanternes

Evénements

Si vous habitez à Toulouse ou aux alentours, vous en avez forcement entendu parler : Le Festival des Lanternes Chinoises s’est installé à Gaillac depuis plusieurs semaines, et il y est pour quelques jours encore. J’y ai fait un tour début janvier. C’était très kitch, mais cool quand même. On peut dire qu’on prend de la lumière et des couleurs plein les yeux! Retour en images sur cet événement étonnant.